Une gestion engagée

Un support de placement ISR associe aux traditionnels critères financiers la prise en compte des critères liés à l’environnement, à la politique sociale et à la gouvernance des entreprises.
Autrement dit, l’ISR vise à concilier performance financière et développement durable, en investissant :

  • dans les entreprises aux meilleures pratiques sociales et environnementales de leur secteur, qui créeront de la valeur sur le long terme : lutte contre le réchauffement climatique et contre la corruption, gestion de l’eau et des déchets, respect des droits de l’homme, 
  • et, selon votre profil, sur les marchés monétaires, obligataires, actions et des solutions diversifiées.

Encore peu connus il y a quelques années, les supports de placement ISR connaissent un succès grandissant. La part de l’ISR dans le total des encours de l’épargne salariale (hors actionnariat salarié) est passée de 13% en 2009 à 25% en 2015 (données Novéthic et AMF, avril 2015).
Amundi Asset Management (AM), leader européen de la gestion d’actifs(1) s’inscrit naturellement dans cette tendance avec 160 milliards d’euros d’encours(2) en gestion ISR.

(1)Périmètre Amundi - N°1 en montant total d'actifs sous gestion des sociétés de gestion ayant leur siège social situé en Europe - Source IPE " Top 400 asset managers " publié en juin 2015 sur la base des encours sous gestion à décembre 2014.
 
(2)Source : Amundi au 31 décembre 2015.

Comment sont sélectionnées les entreprises ?

Les entreprises sont sélectionnées en se basant à la fois sur les critères financiers indispensables, mais aussi, sur les critères environnementaux, sociaux, et de gouvernance (ESG).

Cette approche qualitative se concentre sur la manière dont les entreprises réalisent leur activité. Chez Amundi AM, cette approche dite « best-in-class » est développée pour retenir au sein de l’univers d’investissement les meilleures pratiques de chaque secteur d’activité.

Zoom sur la sélection ESG

L’évaluation de la stratégie de développement et de la performance des entreprises peut se faire au travers de l’analyse des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG).

Critères environnementaux : analyser l’impact direct ou indirect de l’activité des entreprises sur l’environnement (ex : Quel est leur impact en termes d’émissions de CO2 (ou de gaz à effet de serre), de consommation d’énergie et d’eau, de pollution, de biodiversité, de gestion des déchets, etc ?)

Critères sociaux : analyser l’impact de l’activité des entreprises sur ses employés, ses clients, ses fournisseurs et la société civile (ex: Quelles sont leurs politiques en termes de conditions de travail, de non-discrimination, de respect des droits de l’homme, …?)

Critères de gouvernance : analyser la manière dont l’entreprise est dirigée, contrôlée, et gère ses relations avec ses actionnaires (ex : Le conseil d’administration est-il indépendant ? )

Remarque : les États sont sélectionnés sur les mêmes critères que des entreprises (ex : Quelles sont les émissions de CO2 par habitant ? Y-a t ’il une parité homme/femme dans le gouvernement ?)

La méthode d’exclusion : consiste à exclure certaines entreprises voire certains secteurs d’activité ne répondant pas aux critères ESG arrêtés par Amundi AM sur le plan écologique ou social. Par exemple, un gérant ISR pourrait ne pas investir dans une entreprise sur le plan écologique ou social dans un secteur particulier. Concrètement, il pourrait écarter les entreprises du secteur des énergies fossiles, de l’armement ou bien du tabac.

L’engagement actionnarial : consiste pour la société de gestion à influencer le comportement des entreprises dans lesquelles elle est investie grâce à l’exercice de ses droits sociaux. Autrement dit, en exerçant les droits de vote attachés aux actions détenues par votre FCPE aux assemblées générales, la société de gestion pourra inciter l’entreprise à modifier ses pratiques sociales ou environnementales.

*Avec les risques associés