Devenir propriétaire est bien souvent le rêve d'une vie. 
Appartement ou maison ? En ville ou à la campagne ? Seul ou en couple ? 
Autant de questions à étudier pour orienter vos recherches. Sans oublier le point clé : votre budget. 

Combien pouvez-vous emprunter ?

Un crédit vous engage pour longtemps : en moyenne 17 ans, selon Crédit Logement/CSA. Une raison suffisante pour bien évaluer dans la durée votre capacité de remboursement. 

Chaque mois votre emprunt immobilier se rappelle à votre bon souvenir sous la forme d'une somme à rembourser. Bien emprunter, c'est donc en premier lieu bien évaluer votre capacité de remboursement. 

Procédez en deux temps :

  • Evaluez votre capacité de remboursement mensuel :

Quels sont les revenus de votre foyer ? Remboursez-vous déjà d'autres crédits ?
Deux questions clés pour évaluer votre capacité de remboursement.
Généralement, les banques conseillent de ne pas s'endetter, tous crédits confondus, au-delà de 30% des revenus du foyer.

  • Adaptez les taux et la durée pour évaluer le montant de votre emprunt
    Le taux, la durée et le montant de votre emprunt sont trois données interdépendantes : en modifiant l'une, vous faites varier les autres.
  • Informez-vous sur les taux d'intérêt en vigueur
     Exprimés en pourcentage, ils correspondent à la rémunération de la banque
  • Définissez la durée de remboursement qui vous semble acceptable
    Un emprunt plus long vous permet d'emprunter davantage mais vous lie plus longtemps à votre banque.
  • Intégrez au calcul votre capacité de remboursement mensuel

Avec ces données, vous obtiendrez le montant potentiel de votre emprunt.

  • DUREE
  • TAUX

Acheter, oui ! Mais à quel prix?

Acheter un bien immobilier ne se résume pas à l'emprunt. D'autres données entrent dans l'équation...

PRIX DU BIEN = { Montant de L'EMPRUNT + APPORT PERSONNEL } - FRAIS

  • Prix du bien
     C'est le prix maximal du bien que vous pouvez acquérir.
  • Montant de l'emprunt
    C'est la somme qui dépend directement de votre capacité de remboursement, de la durée du prêt et, bien entendu, du taux d'intérêt. 
  • Les frais
    Prenez le temps de bien les évaluer pour vérifier qu'ils ne remettent pas en question la capacité de remboursement définie. 

Les frais liés à l'emprunt

  • Frais de caution du crédit ou d'hypothèque.

Les frais d'assurance

  • L'assurance dite DIIT (Décès-Invalidité-Incapacité de travail) souvent requise par les banques protège l'emprunteur comme la banque. Elle peut représenter jusqu'à 30% du coût du crédit. Il est donc intéressant de faire jouer la concurrence entre assureurs sur ce sujet.
  • Une assurance pour couvrir la perte d'emploi peut aussi être souscrite.

Les frais liés à la transaction

  • Les frais de notaire comprennent la rémunération du notaire mais aussi des impôts et taxes. Ces frais représentent 2 à 3 % du prix du bien dans le neuf et 7 à 8 % pour un logement ancien.

Les frais d'installation

  • Le déménagement : si vous faites appel à des professionnels, ils vous demanderont de payer la location du camion et le déplacement, ainsi que des arrhes avant le jour J.
  • Les éventuels travaux : le papier peint se décolle des murs, l'électricité est à refaire, la pièce manque de luminosité... Tous ces petits détails mis bout à bout peuvent représenter au final une somme importante.
  • Les frais d'installation divers, liés à l'équipement de la maison : téléphone, internet, gaz...
    Tant de choses utiles pour se sentir chez soi au plus vite.

N'oubliez pas de prendre en compte l'évolution des charges quotidiennes de votre nouvelle résidence :

  • Les impôts locaux, à savoir la taxe d'habitation et la taxe foncière
  • Les charges courantes (eau, électricité, gaz, chauffage)
  • Les éventuelles charges de copropriété.

L'oeil d'Amundi

Epargner au plus tôt pour se constituer un apport, c'est possible !

Evidemment, pour profiter de son Epargne Salariale & Retraite dans le cadre d'un projet immobilier, encore faut-il avoir épargné au préalable.
Pas besoin de mobiliser chaque mois de grosses sommes. Ce qui compte, c'est d'alimenter régulièrement et au plus tôt cette épargne.

Avec 50 € de versement chaque mois et une hypothèse de rendement annuel moyen de 4 % net * :

 

  • à horizon 15 ans, votre apport personnel sera de 12 233 €
  • à horizon 10 ans, votre apport personnel sera de 7 335 €
  • à horizon 5 ans, votre apport personnel sera de 3 309 €.

Si vous y ajoutez vos éventuelles primes de participation ou d'intéressement,
par exemple 1 500 € tous les ans :

 

  • à 15 ans, votre apport personnel sera de 42 815 €
  • à 10 ans, votre apport personnel sera de 25 672 €
  • à 5 ans, votre apport personnel sera de 11 581 €.

* cette simulation est donnée à titre purement indicatif

Dossier pratique

Calculette rapide